Outox, tout le monde en parle et pourtant…

Ce matin, j’entends parler à la radio pour la première fois de cette boisson non alcoolisée d’origine belge et distribuée par Outox International au Luxembourg. Celle-ci à pour particularité de faire baisser le taux d’alcool chez les consommateurs.

Ce nouveau genre de boisson a été baptisé Safety Drink ou Soberade Drink

Le Buzz fait donc rage depuis l’aube avec des questions du genre : « Est-ce vraiment efficace ? », « Et la sécurité routière dans tout çà« , « Quelle éthique! ».

Seulement ce n’est que parce que l’on ai concerné de près que l’on s’en souci. Cette boisson dont la commercialisation est prévue à partir de vendredi existe en réalité depuis 2007 et est commercialisée au Canada et au Japon sans que cela n’ai posé de problème.

De plus d’autres produits à l’effet anti gueule de bois sont déjà commercialisés en France depuis quelques années, c’est le cas de Security FeelBetter, présent dans 400 points de vente et dont le lancement n’a pas non plus été tout rose. LEs 10 canettes de 30 cl sont vendus 23 euros sur Internet.

Concernant la véracité des effets d’Outox, j’ai  retrouver une enquête (ICI) réalisée auprès de 30 personnes, chacune soumis à deux sessions. Le résultat viendrait donc confirmer les dire de la société productrice et avancerait même un chiffre. L’absorption de OutBox accélèrerait la diminution de la concentration d’alcool de 10%. Pour faire votre propre test il faudra débourser près de 4 euros pour 25cl de boisson gazeuse.

Le PDG d’OUtox International, Maurice Penaruiz, et son inventeur Marc Smaele présenteront la marque à l’occasion d’une conférence de presse organisée le vendredi 18 juin 2010 à 11h, au restaurant Le Quai à Paris (Paris 7). D’ici là, il n’est pas exclu que les pouvoirs publics, face à la polémique, réagissent en conséquence et interdisent la commercialisation du produits comme il l’a fait au débuts de la marque de boisson énergisante RedBull.




Il y a 2 commentaires

Ajoutez le vôtre
  1. Amaury BEAUTRU

    Je rajouterais une simple citation de la porte parole de l’entreprise qui m’a fait sourire : « Ca peut même être vendu dans des distributeurs automatiques au sortie des facs, des boîtes de nuit ». A croire que les étudiants français sortent des cours saoulés.


Laisser un commentaire

*