Dossier : Décryptez vos étiquettes ! Les édulcorants

C’est l’été !! Réflexe associé : diminuer sa consommation de matières grasses et sucres pour (tenter de) rentrer dans son maillot de bain de l’an dernier. Oui mais le sucre, difficile de s’en passer quand on aime ça ! Les industriels ont trouvé la réponse à votre problème : les édulcorants.

Il existe deux types d’édulcorants : les polyols (E4XX ou E9XX) et les édulcorants intenses (E9XX).

Les polyols

Les polyols, facilement reconnaissable à leur terminaison en -ol, ont un pouvoir sucrant proche de votre sucre habituel (le saccharose). A l’origine, ils sont issus de fruits ou de légumes, mais sont maintenant souvent reproduits par voie chimique. En plus de sucrer le produit, ils contribuent à lui donner une texture agréable.

Edulcorants1

Et revoilà le glycérol (vu comme stabilisant dans la tarte aux fraises), qui en plus de sucrer la madeleine, renforcera son moelleux.

 

 

Si vous voulez voir des polyols, c’est du côté des chewings-gums qu’il faut aller chercher ! Ils contribuent à la saveur sucrée, mais aussi forment la « coque » de la dragée.

Edulcorants2Comme ils sont moins bien absorbés que le saccharose par le système digestif, cela permet de réduire l’apport calorique d’un aliment sans devoir atténuer sa saveur sucrée. Revers de la médaille, un abus de polyols (plus de 50g/jour) peut entrainer des flatulences, voire des diarrhées…d’où l’obligation d’apposer la mention « une consommation excessive peut entrainer des effets laxatifs » si le produit contient plus de 10% de polyols.

Les édulcorants intenses

Comme leur nom l’indique, ils ont un pouvoir sucrant impressionnant : entre 200 et 2000 fois celui du sucre ! Autant vous dire qu’il n’en faut qu’une très faible quantité dans le produit.

Avec toutes les polémiques qui lui sont associées, l’aspartame E951 est de moins en moins utilisé ; pourtant, il ne serait toxique qu’à haute dose. Vous avez aussi certainement entendu parler de la stévia , au très bon pouvoir sucrant mais qui présente le désavantage d’avoir un arrière-goût amer.

De multiples édulcorants moins connus existent : sucralose (E955), acésulfame K (E950)… Certains sont suspectés d’être nocifs pour la santé, mais les études se contredisent à ce sujet. Difficile de s’y retrouver, d’autant plus que de nouvelles molécules apparaissent régulièrement, comme le sweetener 2000, encore à l’étude, 2000 fois plus sucrant que le saccharose…

Edulcorants30% de matières grasses et 0% de sucres… Heureusement que les édulcorants sont là pour donner un peu de goût à ce yaourt allégé : E950 (Acésulfame K), E951 (aspartame) et E955 (sucralose).

Voilà, c’est finit pour le dossier additif ! Nous espérons qu’il a pu vous être utile et vous a permis de mieux comprendre les étiquettes de vos produits 🙂

 




Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre