56% de la démarque inconnue vient du vol à l’étalage

L’enquête annuelle menée par Euromonitor International et commanditée par Checkpoint vient de dévoiler les chiffres des pertes liées à la démarque inconnue dans le grande distribution française. Pour ceux qui ne seraient pas encore totalement familiers avec les termes de la grande distribution, la démarque inconnue correspond aux pertes qui ne s’expliquent pas (et donc au vol). Celle-ci est à mettre en parallèle avec la démarque connue qui correspond par exemple à « la casse » (fruits trop murs, yaourts séparés entre eux) ou les dates de consommation dépassées.

vol-distributionEn 2012, les pertes pour la grande distribution sont évaluées à 5,342 milliards d’euros, soit 1,4 % du chiffre d’affaires des grands distributeurs. Ramené à la population française, c’est comme si chaque habitant volait chaque année 80 € de marchandises… Sur les 16 pays audités par l’organisme, ce taux est relativement resserré, allant de 1 % pour le Japon  à 1,6 % pour le Brésil ou le Mexique. Noël est particulièrement propice à ces pertes puisque Checkpoint estime qu’en 2012 près d’un milliard d’euros avaient disparus à cette période en France.

 La part des vols sur le chiffre d’affaires est identique à 2011 et sensiblement la même qu’en 2010 (Cf.  4,7 M d’euros de vol en magasin en France), puisqu’à l’époque le taux était de 1,36%. Le montant des vols a cependant bondit de plus de 400 millions d’euros en valeur absolue en deux ans.

Les origines de cette démarque inconnue sont nombreuses. Pour la plus grosse part de ces pertes, il s’agit de vol de la clientèle ou du personnel (environ 75%). Le quart restant est le fruit d’erreurs en interne ou imputables aux fournisseurs.

En France, parmi les produits les plus volés, figurent les produits textile (accessoires de mode, jeans, chaussures et lingerie), l’électronique, ainsi que les produits de soins et beauté (maquillage, rasage) et certains produits alimentaires et boissons alcoolisées. En cause, le crime organisé et le contexte économique seraient responsables de la croissance régulière des vols en grande surface.




Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre