L’anti-gaspi se structure chez Cora

Photo_rayon_patisserie1

De plus en plus d’initiatives voient le jour pour limiter le gaspillage alimentaire. Les points de ventes ne dérogent pas à la règle. A leur niveau, les chefs de rayons dédient une petite partie de leurs gondoles aux dates courtes. A coup de stickers -30, -40 voire -50 %, ils écoulent tout ou partie des produits arrivant à leur date limite de consommation.

Si certaines initiatives comme Zéro Gachis préconisent de concentrer cette offre bon marché (mais à manger rapidement) dans un espace dédié du magasin, la démarche de Cora, pilotée par les étudiants de l’école de Mines d’Alès, préconise une implantation localisée au rayon d’origine.

Lauréats du challenge créativité mis en place par leur école, 3 futurs ingénieurs ont passé cinq semaines aux Cora de Limoges et Alès pour développer une démarche dates courtes.

Au sein du rayon directement, ils ont créé une théâtralisation destinée à sensibiliser les consommateurs aux dates courtes, à l’aide de slogans du genre : « Sois malin, mange-moi demain », « Cabossé, mais bien conservé », « Je ne suis pas caillé, tu peux y aller » ou encore « Osez, même si la fin n’est pas loin ».

« Ce merchandising new look apporte à nos rayons beaucoup de dynamisme et va nous faire économiser 50 000 euros par an », précise Olivier Delescluse, directeur du magasin d’Alès.

dates-courtesSoyons honnêtes, ils n’ont pas inventé la machine à courber les bananes ! Les initiatives de ce type sont nombreuses, prises individuellement par les points de ventes. Les plus engagés sollicitent leur service décoration pour un résultat tout aussi qualitatif que ce qui a été fait à Alès ou Limoges.

Néanmoins, la mission des étudiants a eu le mérite de faire réagir la direction de Cora. Le test, lancé ce mois-ci, devrait être étendu à la moitié du parc de hypermarchés, soit 30 unités. C’est peut-être le début d’une démarche nationale qui aidera le client à se repérer et à faire l’effort d’acheter ces produits, car visiblement l’enseigne semble se reposer uniquement sur la prise de conscience des clients, sans concéder de réduction.

A voir si une PLV visible suffira à convaincre le chaland !




Il y a 3 commentaires

Ajoutez le vôtre
  1. Amaury BEAUTRU

    Merci pour votre contribution. Etes vous un des 4 étudiants à l’initiative du projet, ou vous êtes vous rendu en magasin pour vérifier qu’il y avait bien des réductions ?

  2. Romain R

    Un des étudiants. On a voulu remettre ces produits dans leurs rayons d’origine pour que les clients puissent aussi comparer le prix date courte et le prix du même produit qui vient d’être mis en rayon.


Laisser un commentaire