L’ANIA s’inquiète de l’alliance de U et Auchan

Super-Auchan

Peu de temps après l’annonce officielle, le 11 septembre, du rapprochement de Système U avec Auchan, l’ANIA (Association Nationale des Industries Agroalimentaires) s’interroge sur les conséquences de cette nouvelle entité et alerte le gouvernement.

Oui, Système U et Auchan ont signé un partenariat pour unir leurs forces sur l’item achat, et ce dès octobre, alors que les négociations s’apprêtent à reprendre. Oui, les industriels agroalimentaires, grands groupes comme PME, sont certainement les plus concernés car cet accord ne concerne pas les produits frais traditionnels (stands coupe ou pré emballés) ni les MDD.

Avec ce rapprochement, c’est en effet un nouvel intervenant qui disparaît et le rapport de force qui se modifie. Auparavant au nombre de 7, les centrales d’achat passent donc à 6 : Carrefour, Leclerc, Provera, Casino, Intermarché, et désormais l’alliance Auchan-U. Précisément 6e et 5e distributeur alimentaire en France, les nouveaux partenaires formeraient ensemble le deuxième plus gros acteur avec 21 % de part de marché, juste derrière Carrefour (à 22 % de part de marché grâce à l’intégration toute récente de Dia). Avec la troisième centrale, Leclerc, le trio représenterait 63,5 % des ventes en grande distribution (source KantarWorldPanel). Ce poids est nettement supérieur à celui observé chez nos voisins Belges, Allemands, Espagnols ou Anglais, où le trio de tête représente de 52 à 57 % des ventes.

Le rapport de force, déjà présenté à maintes reprises comme défavorable aux fournisseurs, est donc encore plus déséquilibré. Face aux 12 000 industriels, plus que 6 interlocuteurs.

« En jouant sur les volumes, lʼalliance Système U-Auchan, risque dʼintensifier la guerre des prix que nous subissons déjà et dont nous dénonçons les effets : déflation, destruction des marges, suppression dʼemplois… la concentration excessive est une catastrophe annoncée pour les territoires et la diversité de notre industrie, fleuron national », déclarait dans un communiqué Jean-Philippe Girard, Président de lʼANIA.

En juin déjà, l’institution représentant les industriels agroalimentaires français avait fait parler d’elle, lorsqu’associée à la FNSEA et à Coop de France, elle dénonçait la guerre des prix nourrie par les comparateurs de prix. (Cf. La filière agricole et agroalimentaire dénonce la guerre des prix). Leur réaction avait suscité la réponse des distributeurs et mené à une réunion au sommet de l’état pour statuer sur la pertinence des comparateurs. Leclerc en était sorti perdant, seul face aux fournisseurs et distributeurs.




Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre