La viande parle enfin aux Français

Viande

Depuis le 13 décembre, la viande parle le français. Mouvant, poire, araignée ou encore quasi ont disparu des étiquettes des viandes vendues en libre-service. Face à des Français perdus devant un rayon boucherie, la filière de la viande a remis sa communication à plat.

Marketing PGC vous révélait début octobre les grandes lignes de ce projet (Cf. De la viande étoilée dans les rayons des supermarchés). Les Français passent trois fois plus de temps au rayon Boucherie que dans un autre rayon et ce n’est pas pour acheter mais plutôt pour déchiffrer les étiquettes. La consommation de viande est en berne en France et les acteurs de la filière espère faire basculer la tendance en rendant plus compréhensible l’offre de viande de boeuf, de veau et d’ovins (agneaux + brebis).

Chaque étiquette comporte désormais trois informations essentielles et simplifiées :

  • Le nom des morceaux est maintenu pour les pièces les plus évidentes (entrecôte, faux-filet, gigot, etc.) et regroupé sous des noms génériques pour les plus exotiques (steak, rôti, bourguignon, etc.)
  • Le potentiel de qualité sera exprimé par un nombre d’étoile allant de 1 à 3.
  • Le mode de cuisson à privilégier figurera également sur l’étiquette (à griller, à rôtir, à mijoter)
Le nouveau

Le nouveau règlement d’étiquetage est entré en vigueur le 13 décembre et concerne les viandes bovines et ovines en libre-service.

Ce nouveau genre d’étiquette sera obligatoire sur les pièces en libre service, qu’elles soient en UVCI (Unité de vente consommateurs industrielle) ou UVCM (Unité de vente consommateurs magasin). Dit autrement : qu’elles soient conditionnées en point de vente ou chez l’industriel.

Appauvrissement de notre culture

Peu avant son lancement, l’initiative a été fortement décrié par la Confédération française de la boucherie, boucherie-charcutier, traiteurs (CFBCT), présidé par Christian Le Lann, qui regrette l’abandon « des mots qui font la France et ses terroirs, des mots vivants qui sont les piliers de notre culture. » Seulement voilà, cette culture, les Français ne l’a maîtrisent plus, et en particulier les plus jeunes. Ils se sentent finalement comme des étrangers devant un étal.

La méthode peut paraître enfantine, surtout au regard de la notation avec les étoiles, mais elle a le mérite de prendre les Français par la main pour leur redonner goût à la viande. Tous n’ont pas leur bac pro de boucher.




Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre