Intermarché a dit : c’est l’heure du jus frais

Jus-Frais-Intermarché

Pas le temps de presser vos oranges ? Intermarché le fait pour vous. Un an après sa campagne sur les Fruits et Légumes Moches qui avait engendré un buzz sur la stratosphère, Intermarché lance une nouvelle initiative destinée, cette fois, à promouvoir ses jus frais. L’idée est simple, certes déjà vue, mais bien réalisée. Pour s’en assurer, le groupement d’indépendants a cherché à reproduire la recette du succès et confié la campagne à l’agence Marcel; responsable de l’opération des fruits et légumes moches.

Les consommateurs qui se sont rendus dans le magasin pilote de l’enseigne entre le 7 et le 9 avril ont pu tester une nouvelle marque qui porte le nom de l’heure à laquelle le jus a été pressé. Rappelons que cet Intermarché d’Issy-les-Moulineaux est la propriété de Thierry Cotillard – récemment nommé à la présidence d’ITM Alimentaire (successeur de Philippe Manzoni). Une machine colle sur chaque bouteille une étiquette portant l’heure et même la seconde d’embouteillage de chacun de ces jus pressés maison en guise de marque. Marque et heure ne font plus qu’un, à tel point que le magasin s’est permis la fantaisie de rajouter le ®, symbole de « marque déposée ».

Intermarché a marketé le jus frais de son point de vente d'Issy-Les-Moulineaux. PVC : 1,50€ les 50 cl.

Intermarché a marketé le jus frais de son point de vente d’Issy-Les-Moulineaux. PVC : 1,50€ les 50 cl.

16:04, oui. 16:64, non (les heures ne font que 60 minutes). Pour autant, l’enseigne communique elle aussi, sur la « tradition ». Une « tradition du jus frais » finalement réinventée toutes les minutes. Les bouteilles de jus d’oranges pressées sur place étaient vendues au prix très abordable de 1,50€ les 50cl. Un bon moyen pour l’enseigne de continuer sur sa lancée : rendre les produits frais accessibles à tous.

Après cette phase de test, l’opération, relayée sur Twitter avec le hashtag #LeJusLePlusFrais, est destinée à être déployée à plus grande ampleur. On peut ceci dit se poser la question de la rentabilité du modèle. L’équation matières premières, main d’oeuvre, investissement, rebut est-elle profitable ? En tout cas, le Mousquetaire aura réussi à faire parler de lui et à rendre le discours plus léger en cette période de guerre des prix.




Il y a 2 commentaires

Ajoutez le vôtre
  1. lionel

    Bonjour,

    16:64 c’est un autre rayon, et c’est a boire très frais aussi.
    Seul bemole, mais je pense que ça doit y être, on ne parle pas du jour de production…
    Sauf si se sont des jus produit directement en magasin.
    Enfin encore pleins de question…

  2. Amaury BEAUTRU

    Bonjour Lionel,
    Les jus sont en effet pressés directement en magasin. A la fin de la journée, le magasin doit très certainement les retirer de la vente pour éviter toute confusion. En espérant que les « rebuts » soient donnés à des associations ou aux collaborateurs plutôt qu’aux poubelles ;-). A bientôt. Amaury


Laisser un commentaire