Les regroupements de centrales d’achat passent au niveau européen

puzzle

2014 a été l’année des grandes manœuvres dans les centrales d’achat en France, avec les rapprochements de plusieurs enseignes (voir le nouveau paysage ici). Le phénomène s’étend à présent à l’Europe toute entière, avec notamment les accords signés en juin entre Leclerc et l’Allemand Rewe au sein de l’alliance Coopernic et en août, l’arrivée des membres de l’ex-alliance Core (le Suisse Coop, l’Italien Conad et le Belge Colruyt) chez Alidis, le groupement cofondé par Intermarché en 2002 avec l’Espagnol Eroski.

Alidis s’offre désormais la première place du podium avec 140 milliards de chiffre d’affaires annuel et une présence dans 8 pays. (voir tableau ci-dessous). « Les consommateurs auront accès à une offre de produits élargie avec un meilleur rapport qualité/prix », se félicite le communiqué de presse. « [Cette alliance] offrira également de nouvelles opportunités à chacun de ses partenaires. Elle favorisera […] des échanges de compétences et le partage de bonnes pratiques (développement durable, démarche qualité, concepts de points de vente et relations avec les PME) ». Reste évidemment à convaincre les autorités de régulation européennes.

Source : Linéaires

Source : Linéaires

La fin de Core

Les unions se font et défont décidément très vite dans le paysage européen. Core avait été lancé en 2014 par les anciens partenaires de Leclerc qui avaient quitté Coopernic pour monter leur propre alliance. La réintégration de Rewe au sein de Coopernic a donc signé le glas de Core, qui n’aura donc vécu qu’un an. Le Belge Delhaize, qui vient de fusionner avec le Néerlandais Ahold, devrait logiquement venir grossir les rangs de la centrale AMS et donc quitter Coopernic.

Ce jeu de chaises musicales semble transparent pour les consommateurs mais on pourrait bien dans les prochains mois voir débarquer de nouveaux concepts dans les magasins issus d’expériences d’autres pays. Tiens, une idée qu’on aimerait bien voir chez nous : en Belgique, pour encourager les clients à venir aux heures creuses, Colruyt offre une réduction de 3 euros sur les frais de livraison sur certains créneaux horaires.




Il y a 2 commentaires

Ajoutez le vôtre
  1. Eric

    Bonjour. je ne comprends pas cette phrase et l’avantage client ! pouvez-vous m’éclairer ? « en Belgique, pour encourager les clients à venir aux heures creuses, Colruyt offre une réduction de 3 euros sur les frais de livraison sur certains créneaux horaires. »
    Merci.

  2. Céline Deluzarche

    Bonjour
    Il s’agit d’un test dans quelques magasins en Belgique. Aux heures creuses, Colruyt offre une réduction de 3 euros sur la livraison qui coûte normalement 5,50 euros. Les clients concernés reçoivent un flyer comprenant un tableau leur indiquant quelles sont les heures les plus calmes.


Laisser un commentaire