Une innovation de rupture en ultra-frais

Logo-Coconut-Collaborative

Ni d’origine animale, ni de soja, le lait utilisé pour ce nouveau yaourt est celui de la coco. The coconut collaborative présente un dessert pas comme les autres. Parce qu’il n’est pas obtenu par la fermentation de deux bactéries lactiques, ce produit ne peut pas être qualifié de yaourt. Il est le premier dessert réalisé à partir de lait… de coco.

Derrière cette innovation de rupture, un nom, celui de James Averdieck. Cet homme ne vous évoque peut être pas grand chose mais sa dernière création est un des derniers grands succès du rayon ultra-frais. Il y a six ans environ, cet anglais a créé la marque Gü Dessert. Après la vente de sa première création à Noble foods pour la coquette somme de 32 M£, il part à nouveau « de rien » et se lance désormais dans un autre projet : The coconut collaborative.

Rapidement, le produit séduit les distributeurs anglais (Waitrose, Sainsbury, Tesco, Ocado, Whole Foods, etc.) puis conquiert la Nouvelle-Zélande, l’Allemagne et la France. L’entreprise y a installé une usine pour produire « Made in France ». A son arrivée en France, la marque a pu étendre sa DLC de 25 à 30 jours et a introduit une nouvelle aromatisation à la myrtille. Cette innovation porte à trois le nombre de parfums avec la recette nature et celle mangue-fruit de la passion.

COCONUT_Collaborative

La jeune gamme The coconut collaborative se compose de 3 pots de 120 g recommandé à 1,99 euros pièce.

Le dessert végétal présente l’avantage de ne comporter aucun allergène, ce qui n’est pas le cas des yaourts traditionnels ou de ceux au soja. L’initiative s’inscrit dans un projet social et environnemental où l’entreprise s’engage auprès des producteurs de noix de coco des Philippines et d’Indonésie, parmi les deux plus gros producteurs mondiaux. Son fondateur s’engage à rémunérer 1,5£ la noix de coco et a déjà organisé la plantation de 1000 nouveaux arbres depuis le lancement de la marque en 2014.

Pour le marché français, le produit est distribué par le grossiste rennais Partyfizz.

Le produit est vendu à l’unité, conseillé à moins de 2 euros le pot de 120g.




Il y a 2 commentaires

Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire

*