Trois enseignements de l’année 2015 pour les PGC [Infographie]

bandeau-2015

L’année 2015 s’est achevée avec une progression de 0,6% en volume et une hausse du chiffre d’affaires de 1,6% en grandes, moyennes et petites surfaces, d’après les chiffres de Nielsen. Un chiffre à analyser en  détail à l’aide de ces infographies fournies par le panéliste.

1/ La promotion bat son plein

Sur les 103 milliards d’euros de chiffre d’affaires enregistrés par les produits de grande consommation, 3 milliards ont été “sponsorisés” par les marques et les distributeurs sous forme de remises (lots virtuels, remises immédiates, cagnottage…). Hélas pour les acteurs du marché, le mécanisme semble s’emballer. Plus des trois quarts de la croissance en 2015 a été tirée par les ventes sous prospectus, contre la moitié l’année précédente et un quart en 2013. Après avoir drogué le consommateur aux promos, il va être difficile de le désintoxiquer.

Promo

2/ Des courses plus rapprochées

La faible croissance du chiffre d’affaires enregistrée en 2015 a été essentiellement portée par une meilleure fréquence d’achats. En moyenne, chaque foyer français s’est rendu 99 fois en magasin pour faire ses courses. Nous l’avions déjà expliqué : la pratique du « plein » est en perte de vitesse. Peut-être d’ailleurs est-ce lié à un autre enseignement des chiffres de l’étude : ce sont les séniors qui sauvent la croissance, grâce à un meilleur pouvoir d’achat. Or ces derniers ont plus de temps libre donc plus de temps pour fréquenter les rayons des magasins.

Frequentation

3/ Le supermarché coincé entre deux eaux

Entre la multiplication des magasins de proximité (A2Pas, Carrefour City, Intermarché Express, Daily Monop’, etc.) et la bonne résistance des hypers, le supermarché a du mal à trouver sa place. D’autant plus que le Drive poursuit sa percée, avec une croissance du chiffre d’affaires de 17,2% en 2015 malgré un ralentissement du rythme d’ouvertures. Mais attention : « Le circuit entre peut-être à maturité, du moins pour le parc. Dans les prochaines années, il faudra voir comment doper les ventes non plus grâce à des ouvertures, mais grâce à un meilleur travail sur l’offre et la dynamique commerciale », met en garde Vincent Cornu, directeur distribution chez Nielsen.

Formats




Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre