Leclerc inaugure son propre nom de domaine avec son site sport

Bandeau-leclerc-sport

E.Leclerc a lancé le 13 avril son tout nouveau site web dédié au sport, sport.leclerc. Un site pour l’instant dédié au football en vue de l’Euro 2016, mais qui a vocation à s’étendre à tous les sports d’ici juillet et les Jeux Olympiques de Rio. Le site proposera progressivement des produits vélo, running, natation, fitness, etc, avec une nouvelle MDD baptisée Woodsun. Car pour l’instant, malgré le slogan accrocheur (« Dépensez-vous, dépensez moins »), pas de produits à prix discount auxquels nous a habitués l’enseigne, mais que de produits officiels : maillots de l’équipe de France, ballon Adidas, chaussures Nike… Avec du coup des prix assez élevés : 140 euros le ballon officiel de l’Euro 2016 par exemple. Mais Leclerc « ne pouvait pas rester absent d’un marché que se partagent sans trop d’histoire, Décathlon, Intersport et quelques autres enseignes », comme l’explique Michel Edouard Leclerc sur son blog. Qui n’est pas prêt pour autant à débourser des millions d’euros pour être sponsor officiel à l’instar d’Orange, Coca-Cola ou Carlsberg.

La vraie nouveauté de ce site, c’est l’utilisation pour la première fois du nom de domaine .leclerc – et non de leclerc.com – qui permettra de réunir tous les sites liés à l’enseigne sous un même toit. La parapharmacie, dont le lancement est attendu dans les prochaines semaines, sera ainsi lancée sous le nom « parapharmacie.leclerc ». Une astuce pour s’arroger les meilleurs places dans les résultats de recherche Google (lorsqu’on recherche « sport » par exemple le moteur de recherche affiche en priorité les sites avec le mot dans l’url). Au moins de juin, Leclerc ouvrira alors une plate-forme e-commerce unifiée, avec le drive, le voyage, le multimédia, l’optique…

Les enseignes accélèrent dans l’e-commerce

L’an dernier, Michel Edouard Leclerc avait affirmé sur BFMTV vouloir investir un milliard d’euros sur trois ans dans Internet avec à la clé la création de 10 000 emplois. « Ouvrir un portail internet et aller au-devant de 60 millions de consommateurs, cela va nécessiter 20-30 millions d’euros par an d’investissements et 500-600 millions d’euros par an en logistique » avait-il détaillé. Avec le site sport, on a donc la première pierre de l’édifice.

Si le modèle du drive sauve pour l’instant la mise des grandes enseignes françaises dans le e-commerce, celles-ci ont bien compris la menace qui pèse sur elles avec par exemple les ambitions d’Amazon dans l’alimentaire. Casino bénéficie lui de son portail Cdiscount et Carrefour a racheté en janvier RueduCommerce pour accélérer son développement. Le distributeur a déjà créé son portail unique, Carrefour.fr, point d’entrée vers toutes ses marques (drive, ooshop, voyages…). Chez Leclerc, le web ne représente encore que 7% des 44,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires du groupe, mais il a contribué à plus du tiers de la croissance en 2015.




Il est 1 commentaire

Ajoutez le vôtre
  1. Guillaume

    leclerc fait effectivement partie de ces marques qui ont acquis leur nom de domaine, qui permet de faire des choses très intéressantes d’un point de vue marketing. 84 marques sont aujourd’hui actives dans cet espace de nommage – bnpparibas, swatch etc..
    le site https://observatory.domains reprend l’ensemble de l’activité des « point marque » ou « dot brand ».


Laisser un commentaire