Pénurie de carburant : Leclerc se prend les pieds dans le tapis

Station Service_2

En plein blocage des dépôts de carburants, les automobilistes s’échinent à trouver des stations essences capables de les ravitailler. Malin, l’hypermarché Leclerc situé à Pluduno, près de Plancoët (Côtes-d’Armor), a cru flairer le bon filon, vendredi 20 mai, en réservant l’accès de sa pompe à essence aux clients ayant fait leur courses dans le magasin. Malheureusement pour lui, l’initiative a immédiatement suscité un tollé sur les réseaux sociaux.

« Opportunisme », « une honte », « du chantage », se sont enflammés les internautes.

Le magasin a rapidement retiré son affichette, évoquant d’abord une « erreur d’affichage », avant de publier, penaud, un mot d’excuse sur son site Facebook.

Sauf qu’il ne s’agit pas d’une simple « maladresse », mais carrément d’un acte hors la loi, comme l’a rappelé le préfet des Côtes d’Armor au journal Le Télégramme : « Le code de la consommation prévoit qu’il est interdit de […] subordonner la vente d’un produit à l’achat d’une quantité imposée ou à l’achat concomitant d’un autre produit ou d’un autre service« .

Si le magasin n’avait donc pas le droit de refuser l’accès de sa station-service, le rationnement d’essence, même appliqué en dehors d’un ordre préfectoral, est lui parfaitement légal. « Le carburant est la propriété du groupe qui gère la station-essence« , explique Elsa Raitberger, avocate au Barreau de Paris, au Figaro. Rien n’empêche donc de limiter chaque client à 20 litres par exemple.

Cette affaire n’empêche pas les magasins Leclerc de continuer à inonder les réseaux sociaux de messages les informant (de façon totalement désintéressée bien sûr…) que leur station service est « ouverte ».




Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre