Royaume-Uni : Tesco et Unilever, un bras de fer pour un accord

marmite

Les deux géants britanniques Tesco et Unilever ont connus une journée mouvementée ce jeudi suite à un désaccord de taille qui a entraîné un déréférencement de Knorr, Ben & Jerry’s, Dove and Co du site marchand du 3ème distributeur mondiale de PGC.

Hier matin, c’était la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. La marque Marmite, la pâte à tartiner préférée des Anglais, a fait les frais de cette bataille et avait disparu du site internet de Tesco. De quoi créer un tollé médiatique et une mise en lumière des premières conséquences du Brexit outre-Manche. Imaginez-vous une seconde que Nutella disparaisse de chez Carrefour !

Unilever demande une hausse de 10%

Prétextant l’impact de la chute de la livre sterling, Unilever a tenté de faire passer une hausse de 10% de ses tarifs chez Tesco. Une initiative qui n’était pas du goût du géant de la grande distribution outre-manche soucieux de conserver son image prix, particulièrement chahuté par Aldi et Lidl depuis le début de l’année.

La chaîne de distribution, qui a pris le risque de déréférencer l’ensemble des marques d’Unilever et voir une fuite de ses clients, accuse le fournisseur de profiter du Brexit pour passer des augmentations de prix.

Néanmoins, Unilever, qui importe 70% de la valeur sa matière première, est sensible à l’effondrement de la monnaie britannique et cette hausse peut ainsi être justifiée.

Un accord est trouvé

Face à l’ampleur médiatique qu’a suscité le contentieux et la baisse de leurs valeurs boursières (- 3,41% pour Unilever et -3,03% pour Tesco à la fermeture de la bourse de Londres), les deux fleurons britanniques ont annoncés ce jeudi soir avoir trouvé un accord. « Nous sommes heureux que la situation soit réglée et nous apporte satisfaction » à déclaré un porte-parole de Tesco, sans donner plus de précisions.

Une première affaire qui en appelle d’autres

Selon la Food and Drink Federation, trois quarts des industriels de l’agroalimentaire sont confrontés à des hausses des matières premières importés. Et ne cachent pas qu’ils s’apprêtent à augmenter leurs tarifs pour compenser le recul historique de la livre.

Pour Tesco, les fournisseurs sont capables d’encaisser les fluctuations de la monnaie britannique. Leurs marges oscilleraient entre 20 et 30% quand les distributeurs dégageraient entre 2 et 3% de marge sur les marques nationales. L’enseigne estime que ce n’est pas à elle, ni aux consommateurs de faire les frais du maintien des marges confortables des industriels.




Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre

*