E.Leclerc lance un label pour la conversion au bio

Bio E.Leclerc (2)

Alors que les français consomment de plus en plus de produits provenant de l’agriculture biologique, les grandes enseignes n’ont pas l’intention de laisser ce nouveau marché aux distributeurs spécialisés.

Depuis quelques années, les rayons bio ont fleuri dans tous les formats de distribution, de l’hyper à la proxi, même LIDL s’y est mis! L’enseigne Carrefour est d’ailleurs le 1er distributeur de produits bio en France, loin devant le pionnier Biocoop, leader des magasins spécialisés. La grande distribution s’arroge une grande part du gâteau avec 46% des produits biologiques qui ont été vendus en GMS en 2018.

Alors que seulement 6,6% de la SAU (Surface Agricole Utile) est cultivée en bio, il est très fastidieux pour les producteurs de quitter l’agriculture conventionnelle. Pour ceux voulant se lancer dans le bio, pendant quelques années, leurs exploitations sont dites « en conversion », période qui peut durer de 2 à 3 ans où les terres doivent être exploitées selon le cahier des charges de l’exploitation biologique, mais où les produits ne peuvent pas encore être vendus sous le label bio. Dans certains magasins bio, au rayon fruits & légumes, on peut d’ailleurs parfois retrouver certains produits « en conversion » à un prix souvent un peu inférieur.

Cette fois-ci, les magasins E.Leclerc ont lancé un label de conversion « Récoltons l’Avenir », porté par la MDD « Marque Repère » de l’enseigne sous la forme d’un partenariat fort avec les producteurs. La 1ère année, les produits sont vendus en conventionnel via la Marque Repère. Ensuite, les producteurs bénéficieront du label « Récoltons l’Avenir » pour la 2ème et 3ème année, puis ils seront pleinement intégrés à l’approvisionnement de BioVillage, la MDD bio de E.Leclerc. En terme de positionnement , cela permet également d’avoir un prix intermédiaire entre le conventionnel et le bio.

Une initiative qui a séduit une première coopérative, « Les Celliers Associés », qui réunit plus de 400 producteurs de pommes en Bretagne et Normandie. Le premier produit proposé sous le label « Récoltons l’Avenir » sera donc un jus de pomme, suivi dans les mois qui suivent par un cidre, spécialité de la coopérative (sous la marque Val de Rance).

 

Quelques liens pour en savoir plus:

Crédits Photos :  De quoi je me MEL



Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre

*