Enseignes: les tops & les flops de 2018

top flop

Chaque année, les résultats tombent les uns après les autres. Les grands groupes côtés sont scrutés par les investisseurs avec plus de précision, certains sont plus discrets voire ne communiquent pas leurs chiffres. Quelques mois après la clôture de fin d’année, c’est l’occasion de faire le point sur les enseignes en forme ou à la peine.

TOP: E.Leclerc

L’enseigne leader de la distribution en France a terminé l’année avec un chiffre d’affaires de 37,75 milliards d’euros TTC (hors carburants), en progression de 1,5% par rapport à l’année 2017. Les 691 magasins E.Leclerc ont progressé de 0,1% et c’est surtout les ventes sur Internet qui ont poussé la croissance de l’enseigne. En effet, le drive a progressé de 6,9% et les sites marchands de 29,7% en moyenne.

FLOP: Carrefour

La France n’est plus le fer de lance du groupe Carrefour, loin de là. Quand les ventes mondiales augmentent de 2,4% (à taux de change constants), en France la croissance est en baisse de 0,6% avec un chiffre d’affaires 2018 de 35,61 milliards d’euros HT. Par contre, le résultat opérationnel chute dangereusement de 43% sur l’année, rendant d’autant plus nécessaire le plan de relance d’Alexandre Bompard, PDG de Carrefour.

TOP: Intermarché

A la veille des 50 ans des Mousquetaires, Intermarché est en pleine forme. L’enseigne a augmenté de 0,3 pts sa part de marché sur l’année et a réalisé un CA hors carburants de 23,06 milliards d’euros, soit +2,9% par rapport à 2017. Longtemps challenger, l’enseigne est sur une belle dynamique et n’est plus si loin de E.Leclerc et Carrefour Hyper.

TOP: Système U

Les nouveaux commerçants n’ont pas à rougir de leurs résultats 2018. Moins présents médiatiquement que les autres enseignes d’indépendants, leur chiffre d’affaires hors carburants a augmenté de 2,3% l’année dernière, pour un total de 19,94 milliards d’euros. Tous les formats de magasins (757 au total) affichent des résultats en croissance et le groupement d’indépendants vise de dépasser le milliard en 2019.

FLOP: Auchan

La dynamique est inquiétante chez Auchan. Après une très faible croissance en 2017, les ventes mondiales d’Auchan Retail reculent de 2,4%, à 50,3 milliards d’euros. En France, l’année se termine à -1,3% à 17,7 milliards d’euros, le groupe étant pénalisé par ses (trop?) grands hypers dont le format séduit de moins en moins les consommateurs. Plus inquiétant, l’EBITDA du groupe recule à nouveau, ce qui annonce des plans de réductions des coûts importants cette année.

TOP: Lidl

L’enseigne allemande continue sa belle dynamique enclenchée il y a quelques années avec la premiumisation de ses magasins. Ses chiffres pour 2018 ne sont pas publiés mais nul doute que Lidl suivra la même progression que sa part de marché, qui était de 5,8% à P2 2019.

TOP & FLOP: Casino

Le groupe Casino a beau afficher une croissance de 1,4% en France en 2018 (hors Cdiscount) avec un CA de 19,06 milliards d’euros, ses résultats sont plus mitigés en fonction des formats. Les magasins proxi décollent, tirant la croissance du groupe, aussi bien en chiffres d’affaires qu’en résultat opérationnel. Casino compte d’ailleurs développer ces formats en 2018, ainsi que les concepts premiums. D’autre part, malgré des ventes en hausse, les hypermarchés Géant sont toujours déficitaires, et Casino a déjà démarré la cession de nombreux points de vente, laissant entrevoir à terme une possible disparition de la marque.




Il y a 2 commentaires

Ajoutez le vôtre
  1. Nathan Gailly

    Bonjour Anthony,
    Les chiffres proviennent pour la plupart des entreprises concernées.
    Les groupes côtés comme Carrefour ou Casino publient leurs résultats, les autres (si elle choisissent de communiquer dessus, comme E.Leclerc, Intermarché, Système U ou Auchan) le font généralement par communiqués de presse.
    Lidl ne communique pas ses chiffres, nous nous basons donc sur la dynamique de sa part de marché grâce aux données Kantar Worldpanel.
    N’hésitez pas si vous avez d’autres questions!


Laisser un commentaire

*