La Vache qui rit se décline en bio, tendance forte du rayon Fromage

en tete vache qui rit

Difficile de le nier, le bio est en forte progression et représente actuellement un potentiel intéressant pour les marques. Selon l’Agence Bio, 7 français sur 10 en consomment au moins une fois par mois et le marché a représenté en 2018 8 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Dores et déjà considérés comme des produits authentiques utilisant le savoir- faire français, le fromage a mis davantage de temps à se convertir mais les plus grandes références du secteur disposent désormais de leur équivalent en Bio. C’est le cas chez Lactalis avec notamment du camembert et de l’emmental Président regroupés sous « La Fromagerie Bio », de la Mozzarella Galbani et chez Sodiaal de l’emmental Entremont. Les deux contraintes principales restant l’approvisionnement en matières premières et le contrôle du prix qui se révèle 30% à 50% plus élevé en moyenne.

L’entreprise Bel , est également présente sur ce marché certes de niche (2% des fromages sont bio) mais en forte croissance. Après avoir sorti les Mini Babybel Bio en 2018, l’entreprise s’est attaquée à sa référence vieille de près de 100 ans en lançant La Vache qui rit Bio (PMC : 1,99€ – la boite de 8 portions).

Le lait 100% Bio utilisé pour ce nouveau produit est issu de Biolait, la première société en France de produits laitiers Bio. Les vaches françaises y sont élevées en pâturage et nourries sans OGM. La Vache qui rit bio sera ainsi composée d’ingrédients laitiers français , sans conservateurs, sans colorants, ni arômes artificiels ajoutés.

Ce deuxième lancement rentre dans l’objectif du groupe Bel de lancer une version bio pour chacune de ses grandes marques d’ici 2022.

Crédits Photo : Bel, Entremont, Lactalis




Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre

*