Halloween, pas de trêve pour les confiseurs

Skelleton Halloween Candy

A l’occasion d’Halloween, le 31 octobre, Nielsen a réalisé une étude sur le comportement des consommateurs.

Une semaine stratégique

Particulièrement populaire de l’autre côté de l’Atlantique, cette célébration continue de s’ancrer dans les moments importants de consommation des français et constitue ainsi la 9ème semaine en terme de chiffre d’affaires hypermarchés/supermarchés. Dans les 8 semaines importantes de 2018, on trouve bien sûr Noël (semaines 48-52) puis Pâques (semaine 13), la coupe du monde de foot (semaine 31) et le début de l’été (semaine 27).

Un moment clé pour les confiseurs

La catégorie qui revient le plus dans les intentions d’achat au cours de la semaine précédent Halloween est sans surprise celle des confiseries.

Alors que cette catégorie a enregistré de légères baisses de vente ces dernières années, les achats au moment d’Halloween ne cessent d’augmenter : 9,8% en 2018 contre 8,6% en 2010. Le pic des ventes est évidemment le 31 octobre (15% des ventes valeur de la quinzaine précédent la fête).

En 2018, à cette période, près d’un tiers des ventes de confiseries ont été consacrées aux bonbons gélifiés et un quart aux pâtes à mâcher et aux barres. Pour cette dernière catégorie, Halloween est une fête d’autant plus importante que ses ventes sot multipliées par 3,7 versus une semaine moyenne.

Cette date n’intéresse pas uniquement les confiseurs car il a s’agit, en 2018 du deuxième meilleur mercredi de l’année pour les ventes de légumes et notamment des citrouilles.

50% des foyers touchés

A cette occasion, un foyer sur deux achète des bonbons avec un paniers moyen de 3 sachets pour 7€ .

Les français qui augmentent leur consommation à cette occasion sont davantage les familles rurales de milieu modeste avec des adolescents de 12-17 ans.

Source : Nielsen



Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre

*